L’OBSCURITE DU CHOUROUK

               Ce fut une émission d’une très grande pauvreté intellectuelle, que ce reportage sur les évènements du 05 octobre 1988 présentée par la chaine de télévision Chourouk News à l’occasion du 27ème anniversaire du sinistre massacre de Bab El Oued.

               Manipulatrice dans le montage en introduisant le témoignage d’un personnage totalement non concerné par ces évènements en l’occurrence monsieur Ramdani, occultant les volets les plus importants de ces tragiques évènements, à savoir l’historique d’une situation de faillite financière du pays, l’extrême gravité des concessions politico-économiques accordées à l’ancienne puissance colonisatrice pour bénéficier de ses garanties cofaciennes introductives au club de Paris et à celui de Londres, l’émission fut en fine, extrêmement tendancieuse quand à ses objectifs.

               L’engagement dans la recherche de la vérité sur la manipulation possible et donc source potentielle de l’explosion sociale du 05 octobre 88, tout comme l’investissement des efforts en vue d’apprécier le niveau de la dimension politique introduite à ces évènements par l’entrée en scène du Cheikh Ali Benhadj auraient certainement contribué à apporter de la valeur ajoutée à un reportage qui en définitif se résumait à monter un procès truqué à l’un des acteurs les plus dynamiques, les plus efficaces, les plus héroïques de ces tragiques évènements.

               Dans son ‘‘DERS’’ du mercredi 07 octobre, et sans en faire aucunement allusion du reste, le Cheikh à traité, et de quelle manière, le contenu de l’émission en s’attachant à donner  réponse aux idées, et uniquement aux idées soulevées par le reportage, ignorant superbement dans une grandeur sereine leurs auteurs. Il y avait vraiment et assurément de la classe dans l’approche méthodologique et dans le traitement de l’objet. L’objectivité scientifique du raisonnement, enveloppé dans une noblesse déontologique réellement inconnue dans les rapports conflictuels politico-sociétaux des algériens finissait par mettre en relief, que dis-je par soulever toute la médiocrité, toute la pauvreté de la réalisation. Il faut absolument voir et entendre ce DERS sur youtube, et notamment ceux qui ont vu l’émission de Chourouk News, pour pouvoir savourer et se délecter des propos du Cheikh. Cette émission, absolument  contre productive, à permis au Cheikh de faire étalage d’une hauteur d’esprit que ses amis, ses proches, ses fidèles lui ont de tout temps reconnu, et que les justes sauront apprécier. Ce DERS constitue à ne pas douter, une immense ‘‘FALAQA’’ spirituelle aux amateurs de toutes sortes, télémanipulateurs de pacotille en premier, faux figurants bien heureux en second

               Cependant, et pour faute de temps, le Cheikh n’a pu traiter dans son DERS des objectifs politiques de l’émission. Il le fera sans doute à l’occasion. Le montage au sens propre et figuré du reportage, était exclusivement axé sur l’homme, sur le Cheikh, que l’on voulait présenter comme un impulsif extrêmement coléreux, dépourvu de sagesse et de bon sens, responsable moral au plus haut point de la tuerie de Bab El Oued. Il est vrai qu’à ce sujet le ridicule ne tue point, et la polémique sur le sujet, entre messieurs ZIARI et NEZZAR est arrivée bien à propos. Le message du reportage pour dupes, très mal emballé du reste était cependant bien clair. Il était adressé aux militants du FIS et à tous les Algériens assoiffés de justice et de dignité disant en substance: Eviter de suivre le Cheikh dans ses ‘‘sorties’’ futures, elles ne peuvent conduire qu’à la mort ou à la prison. Il ne nous ait pas dit par qui, et pour quelles raisons la mort nous sera donnée.  

               Aux yeux des FISSISTES l’émission traduit toute la peur et la panique du pouvoir, montrant expressément du doigt l’objet de sa phobie. Instructif, ce reportage de caves nous a quand même permis de confirmer les raisons réelles des arrestations des deux généraux, comme de celle de notre collègue Hassan Bouras, du traitement réservé à la dernière manifestation des parents des disparus ou à celui du sit-in organisé à Kouba en soutien à la mosquée El Qods. Messieurs, vous êtes absolument décevants. Au lieu et place du dialogue, de la main tendu pour faire, peut être ensemble dans la sérénité et l’intelligence, face aux conséquences de la crise économico-financière qui secoue et qui peut éventuellement ébranler le pays à terme, vous brandissez le bâton et la menace. Soyez persuadés que parce que nous savons apprécier la valeurs des choses et des idées, nous saurons donner à l’état de droit et à la dignité leurs prix. Nous constatons que même l’âge et à plus forte raison l’approche de la mort n’arrivent pas à dessouler de l’ivresse du Pouvoir.

IKHLEF Mohamed

DJEDDOU Mayara.

Français

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.
8 + 1 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.