1995 La Solution à la crise algérienne

Mis en œuvre directement à la suite du coup d’état de 1992 et renforcé par l’instauration de la tragique dictature des années 1990, un black out total et effrayant frappa l’ensemble des activités politiques du FIS. Les organes de presse (publics et privés) qui en parlaient (FIS NDLR) ne le faisaient que pour le noircir et l’affubler de l’entière responsabilité de tous les maux de l’Algérie.

L’ignoble coup d’état du 11 janvier 1992 dirigé contre le Président de la République Chadli BENDJEDID, l’instauration d’institutions tout aussi fallacieuses et illégitimes les une que les autres comme le HCE, le CNT, les DECS, l’emprisonnement et la déportation de dizaines de milliers d’Algériens ne trouvaient aucune grâce auprès de la meute.

Toutes les propositions des Chouyoukhs en vue d’une solution à la crise meurtrière qui secouait le pays étaient entièrement déformées et présentées à l’opinion publique comme non substantielles, destructives mêmes, souvent réduites à de simples appels aux meurtres. Le souvenir de l’ex chef de gouvernement, l’actuel ministre d’état et chef de cabinet de Bouteflika, mâchant dédaigneusement la proposition dite des ‘‘sept’’ de juin 1995 est à ce sujet très édifiant.

L’initiative élaborée à la villa des deux moulin par les dirigeants du FIS et remise au général Betchine fut réduite d’une manière générale par Ouyahia à pratiquement un simple appel au retour ‘‘au moyen âge’’.

Cette tentative de falsification de l’histoire de la guerre civile algérienne n’est point surprenante en elle-même partant que même l’histoire de la glorieuse révolution algérienne ne cesse de se faire pauvrement malmener qui pour de minables ambitions, qui pour d’exécrables diversions.

La confusion entretenue entre les héros et les traitres, les évènements majeurs ayant jalonné ces sept années de lutte en dit long sur la question et dans ce cadre, la Direction du Front Islamique du Salut, en appui sur les nouvelles technologies de l’information, la toile d’une manière générale et les réseaux sociaux en particuliers, a décidé de revoir d’une manière globale sa stratégie de communication pour mieux informer les Algériens d’une part, et à s’opposer d’autre part à la mystification d’une période de l’histoire de notre pays dont elle en est partie prenante.

Pour ce faire, elle commence par mettre en ligne le document de juin 1995 permettant à tous ceux qui s’intéressent et suivent la crise algérienne en particulier et au peuple algérien en général d’apprécier l’effort de ceux qui furent et qui continuent à œuvrer inlassablement pour une sortie de crise de notre pays. Celle ci ne peut emprunter, uniquement et exclusivement, que la voie du dialogue et le chemin menant à la légitimité populaire de l’ensemble des institutions de république.

DJEDDOU Mayara

Français

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.
1 + 1 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.